Mode

Pour Peter Lindbergh, l’ère des supermodels est terminée

Fin. 

Naomi Campbell, Linda Evangelista, Cindy Crawford, Christy Turlington et Tatjana Patitz en couverture de Vogue, par Peter Lindbergh, janvier 1990 / DR
Naomi Campbell, Linda Evangelista, Cindy Crawford, Christy Turlington et Tatjana Patitz en couverture de Vogue, par Peter Lindbergh, janvier 1990 / DR

Dans les années 90, une dizaine de filles étaient connues dans le monde entier par leurs prénoms. Une époque qui n’est pas près de revenir selon Peter Lindbergh. 

Naomi, Christy, Linda, Eva, Cindy… Dans les années 90, une poignée de modèles a changé la face de la mode, en instaurant de nouvelles règles et une autre vision de la beauté. Qui ne se souvient pas des flamboyants défilés Versace où elles se succédaient sur le podium ? Aussi iconique qu’elles, le photographe Peter Lindbergh que l’on ne présente plus dans le monde de la mode et qui était passé maitre dans l’art de ces « photos de classe ». Aujourd’hui cependant, le photographe ne croit plus en l’émergence de tops de ce calibre. Pire, dans une interview accordée au Telegraph, il avoue même que ces filles ont selon lui perdu de leur fraicheur. «Au début, ces femmes étaient une révolution. Elles avaient des couilles, elles avaient un cerveau, elles s’attachaient les cheveux et sortaient sans maquillage, c’était ça… Il y avait dix visages qui régnaient sur le monde mais ces dix visages ont finalement été corrompus par les industries de la mode et de la beauté. Elles ont perdu toute leur fraicheur, toute leur indépendance et sont simplement ce que les femmes qu’on voyait dans les magazines étaient avant elles. » Ouch. D’après le photographe, pour lequel Anna Wintour n’a jamais caché son admiration, c’est tout simplement l’image de la femme dans les magazines qui a été retournée  au fur et à mesure des années. « Aujourd’hui, vous pourriez facilement réunir un groupe de filles dans une pièce : Lara Stone, Gisele, vous pourriez les réunir en cinq minutes, mais elles ne représentent rien de nouveau, elles sont déjà là. » Lorsque le journaliste lui demande s’il n’y a vraiment aucun espoir de revoir une telle ère, il concède tout de même : « Peut-être maintenant, si l’industrie se lassait de tous les mannequins du moment et que vous pouviez trouver les cinq visages les plus romantiques qui changeraient notre perspective de la beauté, alors peut-être qu’une nouvelle ère des supermodels pourrait resurgir. Juste peut-être. »

Laisser un commentaire