Lifestyle / Culture

Une place à prendre : que vaut l’adaptation télé du roman de J. K. Rowling ?

The casual vacancy.

Que vaut l'adapation TV de The Casual Vacancy? / DR / BBC Shop
Que vaut l’adapation TV de The Casual Vacancy? / DR / BBC Shop

Sorti en 2012, Une place à prendre était le premier roman publié par J. K. Rowling après la saga Harry Potter. Si certains éternels insatisfaits y ont trouvé à redire, le roman nourrissait avant tout une intrigue réaliste (et prenante) sur fond de lutte des classes ; à Pagford, petite bourgade du sud de l’Angleterre, la mort de Barry Fairbrother, figure emblématique de la communauté, fait l’effet d’une bombe. Conseiller paroissial, Fairbrother s’était en effet engagé en faveur du maintien de l’ouverture du centre de désintoxication local, mais s’était aussi opposé à l’abandon d’un quartier populaire de la ville que certains auraient aimé refourguer au bourg voisin. A l’heure où des décisions municipales doivent être prises, nombreux sont ceux à lorgner sur son siège désormais vacant pour servir leurs intérêts personnels.

Si le livre jouait sur l’alternance de multiples narrateurs (notables de la ville, adolescents, assistante sociale…), la mini-série co-produite par la BBC et HBO est contée d’un point de vue extérieur. Certains éléments ont également été gommés, d’autres modifiés, au profit d’une clarification du scénario. Le principal sujet de discorde ici est la transformation du centre social en spa, avec tout ce que cela entraîne pour les principaux concernés. Quoi qu’il en soit, l’aspect fataliste du livre est assez bien retranscrit et les personnages, très fouillés dans le livre, sont incarnés de manière plutôt convaincante.

Le format a également été soigné : au lieu de se contenter d’un téléfilm d’une heure, HBO et la BBC ont pris le parti de diviser cette adaptation en trois parties d’une heure, de quoi prendre le temps de bien s’immerger dans la vie des habitants de Pagford. Bref, un bon divertissement pour ceux qui ont aimé le roman, mais aussi pour les amoureux de l’Angleterre.

Laisser un commentaire