Lifestyle / Culture

Je suis allée voir La La Land et j’ai aimé ça

Superbe.

La La Land / DR
La La Land / DR

J’y suis allée parce que j’aime les comédies musicales. J’y suis allée parce que j’adorais Funny Face et Chantons Sous la Pluie quand j’étais plus jeune. J’y suis allée parce que je suis amoureuse de l’image et que cette photo d’Emma Stone, dansant dans la rue avec ses amies en robes multicolores, racontait une histoire en elle-même. J’y suis allée parce que Ryan Gosling m’avait émue dans The Place Beyond The Pines. J’y suis allée parce que tout le monde en parlait et que je ne voulais pas mourir idiote. Et je n’ai pas été déçue.

Il y a quelque chose de follement désuet et en même temps terriblement romantique à regarder Ryan Gosling taquiner Emma Stone avant que les deux ne se mettent à faire des claquettes. Et c’est là toute l’essence de La La Land. Après Whiplash, Damien Chazelle s’est fait plaisir en ressuscitant l’âge d’or de la comédie musicale hollywoodienne. Où Mia (Emma Stone) tente de devenir actrice entre deux espressos servis au Starbuck’s des studios de la Warner et où Sebastian (Ryan Gosling), s’accroche de manière totalement dingue à son envie d’ouvrir un club de jazz. Forcément, ils vont tomber amoureux. Mais La La Land n’est pas une histoire d’amour, c’est une histoire de rêve. Celui de se faire remarquer, de vivre de sa passion ou de rencontrer la bonne personne. Le film n’est pas parfait mais il réussit brillamment là où tant d’autres échouent quotidiennement dans la fonction première du cinéma : être divertissant. Et si Breakfast at Tiffany’s a remporté l’Oscar de la meilleure chanson originale en 1961, alors l’Audition Song d’Emma Stone a toutes ses chances cette année. « Ici tout est sacré mais on ne respecte rien », s’exclame Sebastian (Ryan Gosling), à propos de Los Angeles. Et si on respectait au moins l’ambition de ce film ?

un commentaire

Laisser un commentaire