Lifestyle / Culture Mode

Le livre à lire : « Christian Dior et moi » de Christian Dior

Personnel.

Christian Dior et moi, par Christian Dior / A Hint of Fashion
Christian Dior et moi, par Christian Dior / A Hint of Fashion

A l’occasion des soixante-dix ans de la maison Dior cette semaine, retour sur les livres qui immortalisent l’esprit de la griffe.

Une autobiographie à l’âge de 51 ans ? Si l’idée peut paraître saugrenue, elle a pourtant permis d’offrir de justesse le témoignage le plus fidèle des années Dior. Et pour cause, quelques mois après la parution de cette autobiographie en 1956, Christian Dior décède d’une crise cardiaque.

Conscient de son jeune âge, il avait pourtant voulu relater l’histoire de celui qu’il appelait son double, Christian Dior le couturier, né non en 1905 à Granville, mais le 12 février 1947 à Paris, lors de son premier défilé de mode. « C’est pour rétablir le récit véridique de ses commencements et de sa carrière encore brève que je me suis décidé à écrire ces lignes », explique-t-il en introduction. « J’estime que cet enfant de neuf ans a déjà fait suffisamment parler de lui à tort et à travers. Si j’attendais qu’il ait grandi et vieilli, je risquerais de m’en trouver un peu éloigné. » Voici donc comment on entre dans l’univers de la maison. Comment Christian Dior a-t-il trouvé le courage de lancer sa propre marque ? Comment s’y est-il préparé ? Et que se cachait derrière cette première collection ? Entrer dans l’intimité du couturier, c’est comprendre ces codes que la maison utilise encore aujourd’hui. De son amour pour les insectes, les femmes et les fleurs et ces fameuses « femmes-fleurs », mais aussi ses superstitions et la prophétie qui l’a poussé à ouvrir sa maison, tout est ici décrypté et offre au lecteur la possibilité de mieux comprendre les collections de tous les créateurs qui ont succédé à Christian Dior. Et c’est à la lumière de tous ces petits indices qu’apparaît le talent de ceux (et désormais celle) qui font la mode Dior depuis le décès du couturier en 1957, préservant de manière impeccable son patrimoine et sa vision.

« Mes meilleurs souvenirs, je ne les ai pas encore vécus et mon passé est tout jeune, bien vivant. Et j’avoue que ce qui m’intéresse le plus en lui, c’est ce qu’il sera demain », écrivait encore le couturier en préambule de cette autobiographie. Plus de soixante ans plus tard, le passé est toujours aussi vivant, fort de la première nomination d’une femme à la direction artistique de la maison.

Christian Dior et moi, Christian Dior, Librairie Vuibert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s