jeudi, décembre 13, 2018
Culture

Ces livres cool qui ont fait un flop au cinéma

Raté. 

Il y a parfois des livres qu’on a tellement aimés qu’on se rue au cinéma une fois qu’une personne sensée s’est décidée à en faire un film. Malheureusement, on est plus que souvent déçues. Florilège de ces bouquins qui étaient si agréables à lire mais si horribles à regarder.

I don’t know how she does it, d’Allison Pearson: Le livre qui a donné naissance au mielleux Mais comment font les femmes? Par où commencer? Sarah Jessica Parker était bien sympathique en femme active dépassée par sa vie quotidienne mais rien dans le film n’égale le livre de Pearson qui se déroule initialement en Angleterre et qui a ici été transposé à… (roulements de tambour) New York. Si la mise en scène était originale et tentait de rendre justice au roman, on ne peut que regretter que ce dernier n’ait pas été adapté par un réalisateur britannique et tourné à Londres.

Confessions d’une accro au shopping, de Sophie Kinsella: Malgré toute la vivacité, la légèreté et la sympathie d’Isla Fisher, il fallait reconnaître que c’était couru d’avance. Surfant sur le créneau chick-lit qui avait vu le succès du Diable s’habille en Prada, Confessions d’une accro au shopping a vu le jour. Alors, oui, le réalisateur a tenté de respecter le côté futile de l’héroïne mais rien à faire, ça ne prend pas et au bout de 15 minutes, on se demande ce qu’on fait là.

Le journal de Bridget Jones, d’Helen Fielding: L’exemple le plus flagrant que tout ne peut pas être adapté au cinéma. Ou comment massacrer ce qui a donné le ton de ce qui deviendrait un mini-mouvement littéraire: la chick-lit. Malgré Colin Firth et Hugh Grant, il faut reconnaitre que c’était à pleurer tellement c’était du gâchis (et qu’en plus, ils ont eu l’audace de recommencer). Petite mention spéciale tout de même pour le troisième volet sorti plus récemment et dont le scénario a été peaufiné par Emma Thompson. La clé du succès?

Eat, pray, love, d’Elizabeth Gilbert: Que dire à part  que l’adaptation ciné de ce qui a été l’une des meilleures ventes littéraires de 2011 a été extrêmement décevante? (Tellement qu’à vrai dire, je n’ai même pas fini le film et ai abandonné cette pauvre Elizabeth alors qu’elle n’était encore qu’en Italie). Julia Roberts, qui peut pourtant sauver n’importe quel navet n’arrive pas à sauver celui-ci du naufrage.

Millenium, de Stieg Larsson: Le premier truc que j’ai pensé en ayant fini de lire (d’une traite) la trilogie de Larsson c’est: faites que quelqu’un en fasse un film. Le problème c’est que le premier qui a décidé de le faire nous a offert une trilogie bâclée, qui raccourcissait franchement l’histoire pour n’en faire qu’un polar vide. Seul bonus: Noomi Rapace qu’on a depuis retrouvée ailleurs. On préférera la version de Fincher, également amincie au niveau de l’intrigue mais tellement mieux réalisée.

Marine Poyer
<p>Journaliste mode passée par ELLE.fr et Relaxnews. Ne résiste pas aux courbes d'une veste Bar.</p>

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top
%d blogueurs aiment cette page :