Fashion Week: le nouveau Ferragamo de Paul Andrew

Première. 

Paul Andrew présente sa première vision du prêt-à-porter pour Salvatore Ferragamo / Instagram @salvatoreferragamo
Paul Andrew présente sa première vision du prêt-à-porter pour Salvatore Ferragamo / Instagram @salvatoreferragamo

Il y a des défilés qui sont plus attendus que d’autres. Le défilé Salvatore Ferragamo, qui a eu lieu samedi 24 février à Milan était de ceux-là. Ce jour-là, Paul Andrew présentait sa première collection de prêt-à-porter pour la marque italienne, en compagnie de Guillaume Meilland, en charge de la ligne homme. C’est une toute nouvelle esthétique que le duo a dévoilé, à mi-chemin entre une inspiration tout droit sortie des archives de la griffe ainsi qu’un regard tourné vers le futur.

Chausseur avant tout, Paul Andrew a choisi d’imaginer tous ses looks en partant des souliers. A l’honneur cette saison: les bottes, qui s’habillent pour l’occasion de cuir camel ou noir et osent parfois l’exubérance d’un vert prairie ou d’un fuschia pop, teintes réminiscentes de la Rainbow shoe, cette plateforme multicolore dessinée par le couturier fondateur pour Judy Garland en 1938.

Une méthode de travail et de création qui fait d’autant plus sense que la griffe Salvatore Ferragamo a débuté comme une marque de chaussures dans les années 20. Et à l’heure où l’accessoire monte en puissance, le choix paraît judicieux de le remettre au centre du débat. Conscient du fort potentiel historique de la maison italienne, le créateur s’est également inspiré du Gancini, symbole clé de la griffe, qu’il appose sur les chaussures, sacs et autres accessoires de cette collection ainsi que de l’imprimé Ferragamo, apparu pour la première fois en 1990 et qui s’offre ici une nouvelle jeunesse. Mais la grosse nouveauté de cette collection tient tout autant aux coupes du prêt-à-porter et notamment des pièces d’outerwear, à la fois plus minimalistes et plus recherchées que celles qu’avait l’habitude d’offrir la maison italienne par le passé. Un début en fanfare.

 

Publié par

Journaliste mode passée par ELLE.fr et Relaxnews. Ne résiste pas aux courbes d'une veste Bar.

Laisser un commentaire